UC Davis Webinar – Some take home messages


I didn’t get to watch it entirely, kids keeping me busy and what not, but here some of my notes:

About EHV:

It is a virus; meaning that you horse is a carrier for life, exactly like the herpes virus in humans. That is also why stress can trigger a latent carrier to start shedding; when the immune system is depressed and the virus sees an opportunity to wreak havoc. The carrier won’t necessarily show any outward signs, but will become contagious.

It is very contagious. Thus, the main take home message, in my opinion, is wash your hands and don’t share any items between horses. I say this is the main take home message because the others are obvious to me; always keep a good eye on your horses, know their normal vital stats, quarantine any horse showing any signs of a disease and so forth. I think we’ll all think of that. But I know that most of us will forge to wash our hands. Heck, my farrier comes in and feeds sugar cubes to my horses before working on them (ie. direct contact nose/month to a hand that has touched minutes before horses from another barn) and I never thought of asking him to wash his hands upon arrival. Duh!

About Cushing’s:

I have never had to deal with Cushing’s, thus my knowledge was extremely limited. What I hadn’t understood prior to this webinar was that cortisol is a naturally occuring steroid that is secreted in a too high amount because the horse’s body doesn’t respond to dopamine. Dopamine is secreted to regulate cortisol.

Cortisol being a steroid, that’s why you see all the issues typically associated with Cushing’s. Steroids are immuno-suppressants, thus they make the horses more vulnerable to diseases and they are also associated with laminitis; as well as other side effects, but I don’t know the whole list.

It is a pretty common occuring disease; 20% of the population is affected.

Testing and medicating works well, but one must be aware that ACTH, the hormone we are looking for in tests, is higher in the fall. If you are doing testing in the fall, your vet must send the sample to a laboratory with reliable normal values for the season in order to avoid getting false positives.

About Insulin resistance:

Pancreas secretes insulin, which is basically a signal to the cells to absorb the glucose molecules present in the blood stream. In an IR horse, for some reason, the cells don’t understand the message and don’t absorb enough glucose; which leads to the pancreas secreting more insulin in hopes to wake up the cells while the blood glucose levels rise and rise.

Obesity OR abnormal fatty deposits can be symptoms of the disease. Emphasis on OR only because I thought they HAD to have abnormal fatty deposits, but apparently, not necessarily.

The theory behind the obesity and fatty deposit issues are that it has been proven that some fatty deposits become active and start having an influence on hormones being secreted in the body. I did not know that.

They have found that the regions where fat accumulates and become active are:

  • the crest of the neck;
  • the fat covering the ribs;
  • the fat adding up behind the elbow;
  • the spongy fat on the tailhead.

(YIKES. I own a poster child for this scenario…!)

Treatment is typically non medical. Weight-loss is essential to reduce the action of those evil fat pads as well as exercise. In fact, exercise has been shown to increase cellular sensitivity to insulin, and thus, start back the glucose absorption process.

They should be fed low sugar diets, including low sugar hay. NSC levels should be below 10% (which is another thing I had been dying to know!).

About neonatal foal care:

Besides the normal recommendations re. foaling preparation; a few things I found of interest:

Vitamin E supplementation has been shown to increase colostral antibodies! Cool!

Remember NOT to desinfect the udder! You’ll ruin the delicate balance between the good and the bad bacteria; just clean with warm water, or if you must, a mild soap.

A word about genetic testing, well, first and foremost, if you’re breed of choice is known to have genetic issues, please do test.

But even better, the AQHA and APHA now offer “bulk rate” to their members to test for the whole list of common genetic issues associated with their respective breeds. Isn’t that a great idea? 🙂

Lastly, before baby foal arrives, stock up on chlorhexidine (that will then mix 1 part to 3 parts of water) to dip the umbellicus. Betadine or iodine is considered “ok” if it’s 2%. DO NOT 7% iodine, it is caustic.

To those doubters; the reasoning behind this is that iodine is too harsh, thus causes micro injuries around the umbellicus (which create gaps for the bacteria to enter… kind of counterproductive isn’t it? ;-))

Now, the foal is there!

Newborn foal normal vitals:

  1. Heart rate of 60 per minute.
  2. Respiration of 60 per minute as well.

Next, remember the “1, 2, 3 rule”:

Within 1 hour: stands

Within 2 hours: nurses

Within 3 hours: placenta passes

Normal behavior:

  • You should notice a good suckle reflex within 0 to 20 minutes.
  • The foal should be able to rise on a sternal position within 1 or 2 minutes.
  • First bits of meconium should pass within the first 3 hours.
  • Urine (that one I didn’t know the exact timeline) within 8-9 hours.

At 12-24 hours of life, normal vitals would fall within the following ranges:

  • Heart rate: 80-130 bpm
  • Respiratory rate: 15-40 per minute
  • Temperature: 99.5-101.5 degres (F)

Has anyone else watched and want to add anything? If you do, please do so in the comments so we can all share the knowledge. 🙂Je n’ai pas pu le regarder au complet, mais voici quelques unes de mes notes :

À propos de l’herpésvirus :

Il s’agit d’un virus, ce qui signifie que votre cheval en sera porteur à vie, tout comme le virus de l’herpès chez l’humain. C’est d’ailleurs pour ça que le stress peut déclencher une recrudescence du virus chez le porteur; en effet, si le système immunitaire est affaibli (comme dans notre exemple, par le stress), le virus y verra une occasion de faire la fiesta et de foutre le bordel. Le porteur, rendu contagieux, ne sera pas nécessairement visiblement affecté.

Le virus est très contagieux. La principale leçon, à mon avis, est de se laver les mains et de ne pas partager les effets entre différents chevaux. J’en tire la leçon principale, car les autres mesures sont assez évidentes à mon avis; c.-à-d. soyez attentifs à vos chevaux, sachez leurs paramètres vitaux normaux, mettez en quarantaine tout animal démontrant des symptômes de maladie, etc. Je crois que nous y avons tous pensé, mais je crois également que la plupart d’entres nous oublions de nous laver les mains. Le forgeron vient chez moi, il donne des cubes de sucre à mes chevaux avant de commencer son boulot (vous savez? Le contact direct main non lavée-nez/bouche du cheval?) et je n’ai jamais pensé à lui demander de se laver les mains. L’évidence!

À propos la maladie de Cushing :

Je n’ai jamais eu à traiter personnellement avec cette maladie, donc ma connaissance en était très limitée. Par exemple, je ne savais pas que le cortisol était un stéroïde naturel sécrété en trop grande quantité car le corps du cheval ne réagit pas à la dopamine. La dopamine est une hormone sécrétée pour réguler le taux de cortisol.

Le cortisol, étant un stéroïde, est la cause des problèmes habituellement associés aux chevaux touchés par la maladie. En outre, les stéroïdes désactivent le système immunitaire, rendant le cheval plus sensible aux maladies, et sont associés à la fourbure, ainsi qu’à pleins d’autres effets secondaires indésirables, mais dont je ne connais pas la liste exhaustive!

C’est apparemment une maladie très commune; 20 % de la population est touché.

Le diagnostic se fait par voie d’une prise sanguine et le traitement médical fonctionne bien. Par contre, si vous faites tester votre cheval, sachez que l’hormone recherchée, l’ACTH, est plus élevée à l’automone. Donc, si vous faites faire un test à l’automne, assurez-vous que votre vétérinaire envoi l’échantillon à un laboratoire qui dispose de valeurs normales fiables pour ce temps de l’année afin d’éviter les faux positifs.

À propos du syndrome de résistance à l’insulin :

Le pancréas sécrète de l’insuline, ce qui est sa façon de dire aux cellules d’absorber les molécules de glucose qui se trouvent dans le sang. Or, chez un cheval dit “résistant à l’insuline”, ses cellules ne comprennent pas le message et n’absorbe pas suffisamment de glucose, ce qui entraînement l’augmentation du taux de glucose sanguin, et ensuite le pancréas à sécréter plus d’insuline dans l’espoir, vain, de réveiller les cellules.

L’obésité OU les dépôts adipeux anormaux sont des symptômes de la maladie. Je mets l’accents sur le OU car je croyais que les chevaux affectées avaient TOUS des dépôts adipeux anormaux, mais il semblerait que ce ne soit pas un facteur obligatoire.

La théorie dans cette croisade contre les dépôts adipeux et l’obésité générale est qu’il a été démontré que certains dépôts adipeux deviennent actifs et influencent le cycle hormonal du corps. Ça, je ne savais pas.

Ils ont découvert que les régions adipeuses suivantes influencent le cycle hormonal :

  • la ligne supérieure de l’encolure;
  • la couenne sur les côtes;
  • le bourrelet derrière le coude;
  • le dépôt sur le dessus de l’attache de queue.

(!!! J’en ai un qui a l’air et la chanson!!)

Le traitement est habituellement dans la modification de la régie. Il est essentiel pour ces chevaux de perdre ces vilains dépôts adipeux ainsi que de faire de l’exercice. En outre, il a été démontré que l’exercice augmente la sensibilité des cellules à l’insuline et donc, les stimulent à absorber le glucose sanguin.

Les chevaux touchés devraient suivre une alimentation faible en glucides; y compris le foin. Le taux de glucides non structurels devrait se situer sous la barre des 10 % (et ça aussi je suis ravie de le savoir, je n’avais pas encore réussi à connaître le seuil exact!).

À propos des soins aux poulains nouveaux-nés:

En plus des recommandations habituelles, voici quelques éléments que j’ai trouvé intéressants :

Vitamin E supplementation has been shown to increase colostral antibodies! Cool!

Souvenez-vous, ne désinfectez PAS le pis de votre jument! Vous risquez de nuire à l’équilibre bactériologique délicat de cette région. Utilisez donc simplement de l’eau tiède et, si vous y tenez, un savon doux.

Petite note au sujet des tests génétiques, d’abord, c’est sûr que je suis en faveur de ces tests si votre race de choix souffre de troubles génétiques.

Mais ce que j’ai appris c’est que l’AQHA et l’APHA offre un tarif en gros pour leurs membres, vous permettant ainsi de vérifier si votre cheval dispose de l’une des huit (approx!) maladies associées à ces races. C’est une idée extraordinaire! 🙂

Dernière chose, avant l’arrivée de votre poulain, armez-vous de chlorhexidine (que vous mélangerez ensuite à un ratio de 1:3 parts d’eau) pour désinfecter le nombril. La bétadine ou la teinture d’iode sont également acceptables, mais à un taux d’iode de 2 % seulement. Ne PAS utiliser de l’iode à 7 %, car celle-ci est caustique (c’est-à-dire qu’elle a un effet de brulûre chimique).

Pour ceux qui en doutent encore, c’est que si vous utilisez une solution trop dure, vous créerez des myriades de micro-fissures autour du nombril, ouvrant ainsi grande la porte aux bactéries que vous souhaitiez justement éliminer… 😉

Bon! Alors! Maintenant votre poulain est arrivé!

Petit rappel des normales d’un nouveau-né :

  1. Rythme cardiaque de 60 bpm.
  2. Respiration de 60 par minute aussi.

Puis, souvenez-vous de la règle de “1, 2, 3” :

À l’intérieur de 1 heure : il se lève.

À l’intérieur de 2 heures : il tète.

À l’intérieur de 3 heures : la mère délivre le placenta.

Paramètres d’un comportement normal :

  • Vous devriez observer un réflexe de succion de 0 à 20 minutes après la naissance.
  • Le poulain devrait pouvoir se tenir en position sternale dans les 2 premières minutes de vie.
  • Le premier méconium devrait faire son apparition dans les 3 premières heures.
  • Le poulain devrait uriner dans les 8 à 9 premières heures.
À 12-24 heures de vie, ses signes vitaux devraient se situer dans les normes suivantes :
  • Rythme cardiaque : 80-130 bpm
  • Respirations : 15-40 par minute
  • Température : 37.5-38.6 degrés C

L’avez-vous regardé? Avez-vous quelque chose à ajouter? Le cas échéant, allez-y dans les commentaires afin que nous puissions tous en bénéficer. 🙂

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s